- Composition
Composition
Gouache et aquarelle sur papier
Signature en bas à droite Jean Rets
272 x 198 mm

Jean Rets

(Paris 1910 - Robermont (Liège) 1998)
  - Composition
Composition
Gouache et aquarelle sur papier
Signature en bas à droite Jean Rets
272 x 198 mm

Biographie

Peintre belge né à Paris, Jean Rets est l’un des plus grands représentants de l’art construit en Belgique.
 
Formé très brièvement à l’Académie des Beaux-Arts de Liège, Jean Rets démarre son travail dans le sillage du cubisme et peint des paysages géométriquement stylisés ; il est alors fortement apparenté à Georges Braque.
Rets est membre de l’APIAW (Association pour le Progrès Intellectuel et Artistique de la Wallonie), pour laquelle il devient, en 1961, président de la Commission consultative. Lors d’une exposition de l’association, il découvre les œuvres d’Alberto Magnelli, qui le confortent dans le parti pris de la non-figuration. Il choisit donc de poursuivre ses recherches dans les voies de l’abstraction et plus particulièrement de l’art construit, dont il est l’un des meilleurs représentants, avec Jo Delahaut.
Parmi les autres groupes artistiques dans lesquels Jean Rets s’illustre, citons Nord 7, La Jeune Peinture belge, Art abstrait en Belgique, Formes (fondé par les critiques Maurits Bilcke et Jean Séaux) ou encore Art construit.
 
La peinture de Jean Rets se caractérise par un grand dépouillement, voire une certaine sévérité. L’espace et le rapport des formes et des couleurs en son sein sont les principales préoccupations de ce peintre qui refuse de laisser libre cours à ses impulsions. Travailleur acharné, il compare l’abstraction construite à une musique visuelle.  Aussi, son art n’est-il pas dénué de sensibilité, ni de poésie et d’harmonie.
Jean Rets a également cherché à pousser sa réflexion au-delà de l’art pictural, notamment en intégrant des motifs abstraits dans l’environnement sous la forme de reliefs en béton ou encore de néons. Il est aussi l’auteur de sculptures à propulsion électrique et de sculptures lumineuses – qui relèvent clairement de l’op’art –, de vitraux ainsi que de céramiques, dont l’un des plus beaux exemples était la fresque en céramique émaillée de la station Arts-Loi, inaugurée en 1976.
 
Références :
  • Michèle Minne, « Jean Rets », in Éliane De Wilde (préface), Le dictionnaire des peintres belges du XIVe siècle à nos jours depuis les premiers maîtres des anciens Pays-Bas méridionaux et de la Principauté de Liège jusqu'aux artistes contemporains, t. 2, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1995, p. 849.
  • Paul Piron, Dictionnaire des artistes plasticiens de Belgique des XIXe et XXe siècle, t. 2, Ohain, Art in Belgium, 2003, pp. 350-351.