- Le Cirque
Le Cirque
Encre de Chine sur papier
Date en bas à gauche mai 28
225 x 177 mm

Marcel Caron

(Enghien-les-Bains (France) 1890 - Seraing 1961)
  - Le Cirque
Le Cirque
Encre de Chine sur papier
Date en bas à gauche mai 28
225 x 177 mm

Biographie

Peintre, dessinateur, graveur, décorateur, graphiste et sculpteur, Marcel Caron est né en France de parents liégeois. Il est le fils d’Alphonse Caron et le frère aîné de Constant Caron. Son style évolue de l’impressionnisme à l’expressionnisme, en intégrant les apports du cubisme, pour parvenir in fine à l’abstraction.
 
Formé à l’Académie des Beaux-Arts de Liège, de 1905 à 1910, dans les classes d’Évariste Carpentier, d’Adrien De Witte et de François Maréchal, Marcel Caron débute sa carrière comme architecte d’intérieur, dès 1906. Il participe à sa première exposition en 1914, en compagnie de son père ; il peint alors des paysages, des natures mortes et des vues de villes animées dans une veine impressionniste et luministe. Il tend ensuite vers une géométrisation des formes, suite à une rencontre déterminante, celle avec le peintre cubiste Henri Le Fauconnier.
De 1923 à 1929, Marcel Caron est le seul Liégeois, avec Auguste Mambour, à fréquenter le second groupe de Laethem-Saint-Martin comme à participer aux activités de Sélection et du Centaure. Il évolue alors vers un expressionnisme dans lequel on retrouve le style de Gustave De Smet.
En 1926, il fonde le groupe L’Escalier à Liège, en compagnie du peintre et graphiste Edgar Scauflaire.
En 1930, Marcel Caron abandonne la peinture pour se consacrer au dessin et à la sculpture en taille directe ; il représente alors principalement des têtes et des nus féminins. Il stylise son esthétique d’une manière expressionniste, toutefois un sens inné de la mesure et de l’équilibre semble constamment gouverner sa libre interprétation des formes naturelles. A partir de 1945, il alternera sculpture et peinture – fauviste, néo-cubiste (1951-1952) – modulée à travers Morandi et, dès 1956, il décante le paysage jusqu’à l’abstraction.
En 1938, Marcel Caron devient professeur à l’Académie de Liège et fonde, en 1948, la sélection liégeoise des Beaux-Arts de l’APIAW (Association pour le Progrès Intellectuel et Artistique de la Wallonie), dont il devient président de 1958 à 1961.
 
Références :
  • Françoise Dumont et Jany Zeebroek-Hollemans, « Marcel Caron », in Éliane De Wilde (préface), Le dictionnaire des peintres belges du XIVe siècle à nos jours depuis les premiers maîtres des anciens Pays-Bas méridionaux et de la Principauté de Liège jusqu'aux artistes contemporains, t. 1, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1995, p. 159.
  • Paul Piron, Dictionnaire des artistes plasticiens de Belgique des XIXe et XXe siècle, t. 1, Ohain, Art in Belgium, 2003, p. 191.