- Jack Dempsey
Jack Dempsey
Aquarelle sur papier
Signé et daté en bas à droite : 'M.L. Baugniet 1925'. Titre en bas à gauche : 'J. Dempsey'.
355 x 270 mm

Marcel-Louis Baugniet

(Liège 1896 - Bruxelles 1995)

Biographie

Peintre, décorateur, dessinateur de meubles, théoricien de l’art. Il passe son enfance à Arlon. Après des humanités classiques et un début d’études de droit à l’Université de Bruxelles, que la guerre l’oblige d’arrêter, il suit les cours à l’Académie de Bruxelles auprès de J. Delville et H. Richir entre 1915 et 1919 où il rencontra Delvaux et Magritte. Symboliste dans un premier temps. Auteur de cartons de tapisserie. Plus tard, Baugniet se réfèrera surtout à Henry Van de Velde qui, pour lui, était avant tout un grand théoricien et un grand pédagogue de l’art moderne.
Lors d’un séjour à Paris en 1921, il apprend à connaître le travail de F. Kupka et le cubisme. De retour à Bruxelles, il épouse en 1923 la danseuse Akarova (Marguerite Acarin) et crée des costumes et décors d’aspect cubiste et constructiviste. Dans ses tableaux, il associe des éléments figuratifs stylisés avec des formes géométriques, développant ainsi un cubo-futurisme personnel. Il exprime des thèmes tels que la danse, les sports, la musique, l’homme et le travail.
Collaborateur à la revue 7 Arts où il participe à la première révolution moderniste avec Servranckx, Flouquet, J.-J. Gaillard entre 1922 et 1930.
Le 20 février 1924, dans 7 Arts on peut lire de sa main : « L’utilité est une première condition de beauté ». Se référant à Socrate, il explique :
« Alors seulement un objet est beau quand il est fait par nous ou par la nature de telle façon qu’il s’adapte aux fins pour lesquelles nous voulons nous en servir. ».
Dans le prolongement de la Plastique pure, il défend une synthèse de l’esthétique et du social. A partir de 1925, il montre un intérêt grandissant pour le mobilier et l’architecture d’intérieur. En 1927, il fonde avec l’architecte E. Van Tonderen L’Intérieur moderne et en 1930 sa propre firme de mobilier Baugniet et Cie.
Vers 1930, il conçoit différents projets de mobilier tubulaire, plus tard des meubles en bois d’aspect scandinave. En 1937, il montre à Paris son mobilier Standax démontable et superposable. Après une série de collages figuratifs réalisés dans les années soixante, il renoue avec l’art abstrait. A partir du début des années septante, il réalise des œuvres abstraites inspirées des exemples constructivistes de sa jeunesse. A l’occasion d’une exposition rétrospective en 1986 à Bruxelles, ses écrits ont été édités : Vers une synthèse esthétique et sociale.